- CNews Montpellier Plus - http://www.cnewsmatin-montpellierplus.fr -

UNE SOBRE ET DISCRÈTE MÉTAMORPHOSE MUSÉALE

Posted By admin On 29 juin 2019 @ 4 h 53 min In Actus | No Comments

Des espaces conviviaux à l’Hôtel de Montcalm.
Entre la gare et la place de la Comédie, discrètement en retrait de cet axe stratégique, l’Hôtel de Montcalm est peu connu des Montpelliérains. L’ancien hôtel particulier du marquis de Montcalm, royaliste invétéré, a été édifié en 1816 avec des pierres de la Colonne de la Liberté abattue lors de la Restauration. Résidence militaire durant le XXe siècle, l’hôtel est flanqué d’un mess moderne peu de temps avant que les uniformes ne battent en retraite.

Cet ensemble devient aujourd’hui l’Hôtel des collections, vaisseau amiral du MO.CO., « quartier général de l’art contemporain » selon l’expression de Philippe Chiambaretta. Cet architecte a supervisé la requalification de ce bâtiment qu’un premier programme de travaux (pour le musée de la France et de l’Algérie) avait déjà largement transformé (un budget de 16,5 millions porté à 22,5 millions).

Un rehaussement de la partie moderne a permis de superposer trois plateaux d’exposition à laquelle s’ajoute une enfilade de petites salles dans le bâtiment historique (1 300 m2). L’entrée en rez-de-chaussée a conservé les colonnes de marbre et le décor Empire du marquis de Montcalm. Juste à côté, une installation permanente de l’artiste Loris Gréaud surplombe un bar-restaurant très contemporain. A l’extérieur, la réalisation du parc a été confiée à Bertrand Lavier. Comme à La Panacée, les espaces de convivialité sont importants, destinés à animer un « lieu vivant ».

Philippe Chiambaretta parle d’une « intervention sobre et économe » à l’opposé du « grand geste architectural », préférant « laisser la place aux artistes ». Cette neutralité favorise « une continuité entre l’intérieur et l’extérieur ». Un signal lumineux, « une luciole douce », marque le soir la présence de l’institution. Présenté comme un centre d’art contemporain de type « horizontal », le MO.CO. prend le contre-pied de la tour scintillante de Frank Gehry pour la Fondation Luma à Arles.

L’ouverture de ce colossal chantier privé a été repoussée d’un an, en 2020. La tour Gehry ne fera donc pas de l’ombre cet été au MO.CO. ! n

J.-M. G.
Philippe Chiambaretta.

J.-M. M.


Article printed from CNews Montpellier Plus: http://www.cnewsmatin-montpellierplus.fr

URL to article: http://www.cnewsmatin-montpellierplus.fr/2019/06/29/une-sobre-et-discrete-metamorphose-museale-20790

Copyright © 2013 Direct Matin Montpellier Plus. Tous droits réservés.