Direct Matin Montpellier Plus

29-06-2019

NE PARTEZ PAS ! IL Y A TOUT À VOIR !

Restez ! C’est ce que l’École supérieure des Beaux-Arts s’époumonait à crier à ses élèves. Mais l’arrivée du MO.CO., il y a deux ans, a changé la donne. « Il y a eu un changement d’attitude chez les étudiants. Ils ont compris qu’il y avait un vrai projet mis en place pour les accompagner, alors que Montpellier n’est pas une capitale européenne, c’est devenu une ville attractive. On leur donne une raison de rester, c’était le nerf de la guerre », se satisfait le directeur de l’établissement et artiste, Yann Mazéas.

UN LIEN ÉTUDIANTS/ARTISTES

La nécessité d’une relation entre les professionnels et les jeunes a porté le projet du MO.CO. Les étudiants traversent le musée et le milieu de l’art, via des conférences et des ateliers avec les artistes invités. « On voulait des passerelles entre nous. Les futurs diplômés sont très accompagnés, mais grâce au MO.CO., ils se confrontent à un vrai milieu artistique efficace », confie le directeur.

L’équipe pédagogique a bénéficié du dynamisme du MO.CO. pour créer un post-diplôme : saison 6. À travers trois biennales à l’étranger, les étudiants collaborent directement avec des artistes, pour ensuite travailler pour eux et monter leur exposition. « On se demandait, si on était à leur place, qu’est-ce que l’on aimerait ? Et ce post-diplôme, c’est un condensé de relations, de travail et d’envies. Un moyen d’être à l’école sans y être totalement », ponctue Yann.

UNE INTENSE COLLABORATION

Sous la tutelle du ministère de la Culture, l’École se voyait imposer des projets nationaux dont elle n’était pas l’instigatrice et dont elle n’avait pas envie. « L’arrivée de Nicolas Bourriaud à Montpellier a changé les choses. Il avait un véritable projet. On a eu envie de travailler ensemble, même si c’est un projet bien plus compliqué que tout ce que l’on a pu entreprendre auparavant. »

Un projet ambitieux qui, sans le soutien de la ville, aurait été compromis. De plus, la collaboration entre la Panacée et Montcalm, a fait naître une nouvelle communauté : « L’art n’est pas un énorme milieu, il peut vite y avoir des tensions. On a la chance d’avoir une équipe qui s’entend très bien. D’une petite vingtaine de personnes, nous sommes passés à soixante-dix environ. C’est une grosse bouffée d’oxygène, même si c’est un engagement conséquent », lance l’artiste. Ce dernier, ancien élève et professeur à l’École supérieure, a souhaité un fonctionnement horizontal, dans lequel rien n’est imposé. « J’ai eu envie d’être directeur, parce que je n’aurai pas aimé que quelqu’un d’extérieur vienne imposer d’autres idées ou son ego. » n

Alizée Cousin

L’École supérieure

des Beaux-Arts

de Montpellier

est alliée, depuis deux ans, avec le MO.CO.
Yann Mazéas, directeur et artiste, est satisfait de l’évolution de l’école.

  • Immo Vente
  • Immo Location
  • Auto
Immobilier Centre - Cher (18) - Secteur Nérondes, à 10 minutes d Maisons / Villas99 000 € Nérondes
Immobilier Centre (Cher 18) - Entre Bourges et Nevers, à 5 minutes de Nérondes et 15 d Maisons / Villas67 500 € Nérondes
Exclusivité ! Coeur de ville. Au fond d T2452 000 € Rueil malmaison
Quartier BoutonnetJoli T2 meublé de 33 m²  au 3e et dernier étage d T2701 €Montpellier
QUARTIER HÔPITAUX-FACULTES / FAC DE SCIENCES T2 très lumineux et agréable de 42.20 m² au RDC d T2680 €Montpellier
France Hérault Montpellier, Dans le quartier Père Soulas proche faculté de pharmacie et école infirm [...] Studio, T1 et T1 bis480 €Montpellier