Direct Matin Montpellier Plus

05-07-2017

L’EXPO QUI TRANSCENDE LES STÉRÉOTYPES

La femme, Extraite de Phénoménologie de l’esprit de Hégel dont la philosophie a été taxée de “phallogocentrisme” par Derrida (ne fuyez pas, vous allez voir, c’est super !), la phrase orne en ce moment l’entrée de l’espace Saint-Ravy à Montpellier et trottera longtemps dans la tête de celles et ceux qui auront la chouette idée d’y passer.

explique Karen Meersohn avec un sourire à peine moins désarmant et solaire que la franchise de sa pensée.
Quatre chapitres

La première exposition personnelle de l’artiste montpelliéraine d’origine chilienne a quelque chose d’un manifeste corrosif et jouissif. Une réflexion (y compris au sens de miroir) sur le féminin, tant symbolique qu’organique, menée sans tabou, ni raideur mais avec la générosité qui sied à une question compliquée, et l’humour sans lequel la réponse serait trop moche (si tant est qu’il y en ait une).

, poursuit Karen Meersohn. Une autobio-très-graphique en quatre chapitres : “Genre”, “Grossesses”, “Vie domestique” et “Sang et sacrifice”.

Dans le premier temps, elle s’interroge sur la fameuse différenciation dont elle rend compte notamment par une cage aux oiseaux superbe, puissamment symbolique, renfermant pénis et utérus en faïence, que l’on retrouve sur l’affiche de l’expo. La portion consacrée à la grossesse risque de bousculer avec ce grand format, dessin rebrodé d’une femme nue perdant du sang, et ce titre, terrible, Ceci n’est pas une fausse couche, pour mieux souligner l’aberration sémantique du français qui voudrait faire un non-événement d’une perte tragique.

L’évocation du supposé déterminisme ménager et sanitaire remonte le moral et les muscles zygomatiques avec une série de faïences hautement politiques, et très drôles comme cette bassine statufiée avec ces produits ou ce cordon ombilical reliant une matrice à un fer à repasser, qu’apprécierait un Cronenberg féministe. Enfin, le dernier acte va encore plus loin dans la férocité un peu barrée qui aligne les tampons et achève la série avec une balle, ou dessine une Kalachnikov à côté d’une serviette usagée.

Quête de sens, d’identité, de vérité, être une femme est compliquée : Remarquable.

JÉRÉMY BERNÈDE

Jusqu’au 23 juillet. 13 h-19 h. Espace Saint-Ravy, rue Saint-Ravy, Montpellier. Entrée libre.

04 67 60 61 66.
Mauvais genre ? A voir !
DR

  • Immo Vente
  • Immo Location
  • Auto
POUZOLS Votre villa RT 2012 dans un village proche nature Pour plus de renseignements, veuillez nous [...] Maisons / Villas179 000 € Pouzols
FABREGUES Votre villa RT 2012 dans un village proche nature. Pour plus de renseignements veuillez no [...] Maisons / Villas179 000 € Fabrègues
À deux pas du cur de village et de toutes commodités, le Domaine Pécheraud propose des terrains à bâ [...] Terrains72 000 € Roujan
LES ALLEES DE VERLAINE - Appartement EYSINES 33320 EYSINES - Dans résidence récente ,  [...] T3567 €Eysines
LES JARDINS D T3727 €Saint jean d illac
LES JARDINS D T3551 €Saint jean d illac