Direct Matin Montpellier Plus

05-12-2012

CRÉATEUR MAUDIT

Pouvez-vous nous expliquer tout d’abord la différence entre une science qui cherche à comprendre le vivant et une science qui vise à le fabriquer ?
La première cherche à comprendre le monde qui est autour de nous tandis que l’autre consiste à essayer de le transformer. L’idée de fabrication fait partie de cette visée de transformation. On pense souvent que la capacité à fabriquer quelque chose implique la compréhension de cette même chose. C’est faux, nous pouvons très bien fabriquer les choses sans les comprendre. Fabriquer ou comprendre sont deux visées très différentes : comprendre, c’est de l’ordre de la science au sens classique du terme, fabriquer serait plus de l’ordre de l’ingénierie.
Selon vous, la question de la fabrication du vivant est caractéristique d’une société en crise. Pourquoi ?
C’est avant tout la question des limites que l’on s’autorise dans ce que l’on peut faire. C’est une question qui traverse notre époque et qui s’exprime entre autres dans le fait de savoir si l’on peut fabriquer le vivant.
Sur un plan pratique, peut-on rassembler tous les éléments qui composent une cellule dans un sac ? Cela ferait-il une cellule vivante ou une cellule morte ?
Nous n’en savons rien. De plus, est-ce que ce serait une démarche acceptable ? Nous vivons dans une époque où nous faisons tout ce qui peut être fait. Il n’y a jamais un instant où l’on se demande s’il ne vaudrait pas mieux ne rien faire, quand bien même nous en serions capables.
En quoi la question de la fabrication du vivant est-elle intrinsèquement liée à une question économique ?
L’un des problèmes majeurs est celui du brevet. Le brevet est devenu une manière d’empêcher les autres d’utiliser le savoir acquis. Il devrait y avoir beaucoup moins de dureté sur la propriété du savoir que sur les autres types de biens. Cependant, c’est tout le contraire qui se passe. On en arrive d’ailleurs à faire des brevets incroyables, concernant notamment les gènes introduits dans les plantes. Ces brevets impliquent, pour un agriculteur, que ni les plantes ni leurs graines ne lui appartiennent en réalité, mais qu’en plus le pollen de ces plantes, en contaminant celles de son voisin, lui interdira l’utilisation de ses propres graines. Nous avons en réalité introduit une sorte de vol institutionnalisé à partir de brevets sur les gènes qui se transmettent.
Pensez-vous que les citoyens devraient avoir un droit de regard sur la manière de faire de la science ?
Bien sûr. Mais je ne veux pas dire par là qu’il faille demander aux citoyens si tel résultat scientifique est vrai ou faux. En revanche, la question de savoir quel domaine de recherche sera subventionné doit être un problème purement politique. Et si c’est bien l’État qui aujourd’hui décide des financements des institutions de recherche, il faut se poser la question du pouvoir qu’ont les grandes entreprises, à travers les lobbies, sur la machine étatique. L’idée d’un lobbying citoyen, visant à défendre une certaine vision du monde plutôt que de maximiser ses propres profits, est clairement à considérer.
Que faudrait-il faire concrètement pour éviter les dérives que nous venons d’évoquer ?
Il y aurait beaucoup de choses à faire. La première serait notamment d’interdire l’accès des ministères, et de tout pouvoir politique, aux lobbies. Une seconde chose serait le retrait total des brevets sur le vivant. S’il y a moins de profits à faire, il y aura aussi moins de mensonges. Si les OGM ne rapportaient pas des milliards, tout le monde s’accorderait pour démontrer scientifiquement s’ils sont dangereux ou non.
Entretien réalisé par Thomas Camus, étudiant en Master 2 de psychologie cognitive
à l’Université Paul Valéry Montpellier III et titulaire
d’un Master 2 de philosophie.

  • Immo Vente
  • Immo Location
  • Auto
Maison ? construire ? Cournonterral (34660) Ce modèle ETG GI de 82 m² à l Maisons / Villas244 500 € Cournonterral
Maison à construire à Poussan (34560) Avec un style fait d Maisons / Villas269 000 € Poussan
Terrain ? b?tir ? Cournonterral (34660) A SAISIR OPPORTUNITÉ D Terrains124 500 € Cournonterral
BESCAT proche ARUDY et 20 minutes d Maisons / Villas850 €Arudy
Appartement meublé situé en RDC d T3560 €Lau balagnas
Dans résidence de standing avec ascenseur, proche d Studio, T1 et T1 bis310 €Auch